edito

Signé Karl Fournier et Olivier Marty, il est inauguré samedi par la Reine du Maroc.. Un grand évènement à l'image de toute l'énergie qui l'a précédée, et dont le magnifique livre consacré au duo du Studio KO révèle l'extraordinaire aventure. "Malgré ses lignes épurées , ce patron ouvert sur le ciel rappelle les cours intérieures autour desquelles s'articulent traditionnellement les maisons marocaines: profondément ancré dans son contexte, le musée n'aurait pu voir le jour ailleurs" . Plus de deux ans de travaux, 40002 comprenant salles d'exposition, réserve, auditorium, café.... Sans doute le plus bel hommage à Yves Saint Laurent, à sa rencontre avec le Maroc, en 1967, dans l'éblouissement de ses couleurs dont il s'inspira avec tant de passion. Et cinquante ans plus tard, à un pays que Karl Fournier et Olivier Marty connaissent si bien, pour y avoir installé des bureaux, signé des maison, et même acheté une ferme. "Yves Saint Laurent était profondément épris du Maroc, de ses paysages et de ses habitants: non content d'y passer une partie de l'année, il y a dessiné l'essentiel de ses collections". Tourner les pages de ce livre, c'est déjà faire partie du voyage, aller retrouver du côté de la ville rose, la couleur de toutes les couleurs du monde, dans l'enchantement des "déliés et des coupes franches, d'arrondis et d'angles vifs" , écriture architecturale qui rappelle l'exigence d'un métier, de ces "secrets chuchotés" évoqués par Yves Saint Laurent à propos de la haute couture. (Rizzoli). "L'intérieur, telle une doublure, se montre velouté, lisse lumineux, quand l'extérieur est tramé, poreux et coloré".  Photo: Dan Glasser