C'est dans son show room du Marais, un magnifique hôtel particulier de la rue des Archives, que Paul Smith a présenté sa collection du printemps été 2018. Sur la moquette mauve et face un panneau accordéon rainbow, les silhouettes se dressent, prêtes à tout affronter, ville, voyages, ailleurs : Suit au To Travel, blousons d'aviateur poids plume, fleurs à la Giorgia O'Kiefe chemises hawaïennes, et gibecières rouges, le ton est donné, avec le petit poisson emoji clin d'oeil au marché aux poissons de Tokyo. Et surtout, la vie est là, toujours, tout entière contenue dans la ligne, le goût des belles matières et l'euphorie pop d'un été qui fait splash. Paul Smith, c'est une manière royale de faire danser les couleurs, toutes les couleurs, de les tremper dans un bain d'ombres de lumières qui les redessine, les étire, leur donne une présence singulière, fait de chacune un autre noir possible, même si c'est un jaune strident ou un mauve de boîte à bonbons. Rien n'est jamais trop sucré ni acide, le retour aux costumes dont il a le secret comme aux robes de soie imprimée, est une invitation renouvelée aux villégiatures urbaines, de Paris à Los Angeles, sous le soleil d'une inspiration intacte, optimiste. Paul Smith fait plus qu'habiller son époque, il a rend heureuse, lui redonne confiance, mêlant souvenirs et instantanés, remisant de saison en saison ses rayures signature. Le colorama d'une aventure qui dure avec la même passion depuis plus de quarante ans. Cheers.

PS