Jusqu’au 1er avril, le Carrousel du Louvre accueille le salon Drawing Now, première foire européenne dédiée au dessin contemporain . Parmi les quelques 400 dessinateurs présents, Nathalie Tacheau, dessinatrice représentée par la galerie Pierre Hallet, questionne le rapport de l’intime à l’universel, en dessinant, découpant, collant... Interview de l’artiste pour Stiletto.fr
Qu’est-ce qui vous inspire ?
Je puise dans le flux de la vie quotidienne pour réaliser une mise en scène de scénarios imaginés qui s’articulent autour du souvenir, du regard, des regards que l’on porte sur l’univers de l’enfance et la complexité des rapports humains. Sous l’influence d’associations d’idées, je reconstruis des êtres, hommes, femmes, animaux, enfants. Je les rapproche, les superpose, les déforme jusqu'à ce que cet assemblage tienne comme le début d’une histoire, d’une fiction, le point d’ancrage d’une narration qui m’échappera par le regard de l’autre.
C’est une enquête constante qui interroge la perception de ce qui peut faire lien et qui est à l’œuvre entre le particulier et l’universel.

Votre définition de l’art ?
L’art me fait vivante ! Maintenant, je ne sais pas vraiment en donner une définition, forcément toujours trop réductrice.

Qu’apporte-t-il au quotidien ?
Je le dis en toute sincérité, il m’apporte littéralement la vie. Je ne considère pas l’art comme "au-dessus", "plus haut", mais bel et bien comme une expression des plus sensibles et riches de la vie.
 
La crise et les révolutions politiques de ces derniers mois ont-ils changé votre manière de créer ?
Pas directement, mon travail étant surtout axé sur l’intime. Comme beaucoup, je me tiens informée… J’imagine avoir forcément été influencée. En tous cas, de façon inconsciente et sans préméditation aucune !
 
Pourquoi semble-t-il que le dessin reste moins reconnu que d’autres mediums (comme la photographie ou la peinture) ?
Je pense qu’il a fallu un temps important au dessin pour quitter un certain académisme et pour conquérir son autonomie, son expression propre. Peut-être, aujourd’hui faut-il le considérer comme un médium encore jeune et en devenir.

Le nu est très présent dans vos dessins, pourquoi ?
Le corps, pas le nu ! La représentation du corps occupe dans mon travail une place centrale.
Ce corps représenté est à la fois "le vecteur, le motif et le sujet" de compositions que je construis par découpage et collage de dessins originaux, répétition de calques de mes dessins et de leur photocopies, assemblés à des images d’origines diverses. Il s’agit d’un questionnement de ma relation à l'humain et de mon rapport au réel et à l'intime.
Je souhaite représenter un corps comme un lieu de narration pour tous, que chacun peut endosser et habiter comme il lui plaira, ou pas. Un corps en suspend, parce qu’il est attente d’identité et de sens, dans lequel chacun peut se glisser. Aussi, par ce procédé de dessin, découpage, collage, je cherche ma "mesure au monde".

Pour un artiste, que représente le fait d’être présent à un Salon comme Drawing Now ?
Un partage, beaucoup de travail, un peu d’angoisse… une reconnaissance!
 
Nathalie Tacheau
Drawing Now