C'est l'image que Martin Parr aurait rêvé de réaliser. Du rose, du jaune, du vert. Quelque chose d'irréel, un camaïeu de pastels forts chewing gum, solarisation médiatique pour la star qui sous le soleil des sunlights de Coachella ne transpire pas, juste un influx de vitamines sous vide comme une sorte d'invitation à parfaire notre envie d'escalader les murs d'un nouveau Truman Show, vingt ans après la sortie du film mythique de Peter Weir

Truman show