Historien de la vérité, romancier du réel, Olivier Meyrou est entré dans le monde d'Yves Saint Laurent par la voie du silence, de l'observation. D'où ce noir et blanc qui archive l'instant et le fait basculer dans un entre-deux mondes, qui n'est ni tout à fait celui du présent, ni tout à fait celui de l'Histoire. Parce qu'au 5 avenue Marceau, le silence s'écoutait, parce que Monsieur Jean Pierre, premier d'atelier tailleur, pouvait changer une doublure de manteau trop sonore, parce que seule la voix de Pierre Bergé s'échappait, comme d'une cage aux barreaux invisibles. En auscultant la peur, Olivier Meyrou la rend tactile, visible, saisissant les arythmies d'un monde à la fois englouti et proche que sublime la musique de François Eude Chanfrault, disparu à quarante ans. Sa caméra est une sorte d'appareil à ultra-sons, échographiant l'in utero sans fin de la création.

YSL