"Souvent j’identifie un thème transverse en filigrane lors d’une rentrée et là je trouve qu’il y a une forte tonalité thématique liée à l’origine et à l’identité" assure Danielle Cillien Sabatier, qui dirige la librairie Galignani, avec force et passion. "Une très bonne production éditoriale, variée, avec des titres témoins d’époques (Nos richesses, Kaouther Adimi, Cette chose étrange en moi, Orhan Pamuk ), de moments particuliers ( Le Déjeuner des barricades, Pauline Dreyfus), de classes sociales ( Les Bourgeois, Alice Ferney) ou présentant des personnages très forts (Bakhita, Véronique Olmi, La disparition de Joseph Mengele, Olivier Guez, Gabriële, Anne et Claire Berest) et des romans plus introspectifs liés au sentiment (La chambre des époux, Eric Reinhardt, La fille à la voiture rouge, Philippe Vilain, Summer, Monica Sabolo. Rencontre avec cette "blonde solaire" évoquée dans son livre même par Pauline Dreyfus, à la tête d'une institution adorée aux quatre coins du monde. Sans doute parce qu'on y pratique avec intelligence, cet art du service, du conseil, que viennent chercher les clients en quête de sens, de mots et de voyages en images et en mots à partager.

"Combien de signatures avez vous organisé cette saison chez Galignani ? 

Presqu’une vingtaine, très différentes, de littérature pure ( Pauline Dreyfus pour LeDéjeuner des barricades, les sœurs Berest pour Gabriële, Evelyne Bloch Dano pour La Jeunesse de Proust), comme de beaux livres (Patrick Mauriès pour Les accessoires d’Yves Saint Laurent, Félix Marcilhac pour Majorelle, Peter Lindbergh pour Berlin, Alain Ducasse pour Cuisine de roi à Versailles, Francisca Matteoli pour Map cities, Hélène Tran pour Vive la Reine) ou d’essais ( le Traité des gestes de Charles Dantzig) et d’entretiens ( 80 interviews with Alain Elkann). Nous sommes également partenaires cette année du Women’s Forum qui se tient au Louvre en octobre et du Cercle des Lettres à l’Interallié en décembre. Nous travaillons aussi sur des événements particuliers avec le Meurice et le Crillon.

Quels sont les best sellers de la librairie actuellement ? 

Le Déjeuner des barricades, Pauline Dreyfus

L’apparition, Sophie Fontanel

Notre drame de Paris, Airy Routier et Nadia Le Brun

Homo Deus, Yuval Noah Harari et en anglais : Homo Deus, a brief history of tomorrow,

Le nouveau pouvoir, Régis Debray

Où en sommes-nous ? Emmanuel Todd

Underground Railroad, Colson Whitehead

C’est donc un mélange entre romans de la rentrée et essais politiques

Qu'est ce que la librairie défend par-dessus tout ? 

La librairie défend par-dessus tout le fait de proposer du fonds, et pas seulement des livres d’actualité, d’avoir en permanence en stock ce qui constitue la vraie richesse d’une librairie. Vous trouverez ce qui vient d’être publié, pour une cible large, partout, y compris dans les gares. C’est ce que j’appelle les produits de grande consommation et à consommation rapide, ceux qui peuvent facilement migrer vers le numérique d’ailleurs car on n’a pas forcément envie de les conserver dans sa bibliothèque. En revanche, une librairie doit offrir beaucoup plus et vous proposer des textes classiques comme ce qui vient de sortir, des ouvrages de référence comme d’actualité sur un même sujet. C’est le talent d’un bon libraire que de savoir composer son assortiment dans un domaine et d’y mêler dernières parutions et textes essentiels.

 

Qu’est-ce que l’esprit Galignani?

L’esprit Galignani est celui des lieux, une institution ouverte et communicante, désireuse de susciter le désir et l’émotion autour des livres. Je passe beaucoup de temps avec mes libraires à préparer nos vitrines pour qu’elles soient originales et attractives, en résonance avec les grands événements parisiens et/ou culturels : la Rentrée littéraire, la Biennale, les expositions des musées qui nous entourent, les Fashion Weeks, les dates historiques, les personnages de l’époque. Je suis convaincue qu’il faut toujours créer l’envie de passer chez nous pour voir et que ce soit une sorte de rendez-vous dans un parcours distrayant.

 

Que viennent chercher les clients de Galignani? 

Le désir est le meilleur moteur de la fidélité. Nous essayons donc en permanence de surprendre et de séduire nos clients. Nous leur apportons aussi une sélection rigoureuse d’ouvrages, souvent très pointus sur un sujet, et chaque libraire ayant une spécialité, nous cherchons à leur donner le meilleur conseil pour satisfaire leurs attentes ou leurs envies. Certains de nos clients ont besoin d’une expertise de qualité et nous confie leurs recherches pour leurs projets d’écriture ou de création, nous adorons ce genre de missions.

 

Combien de libraires travaillent chez Galignani? 

Nous sommes 16 pour animer la maison dont 12 sont en magasin, 10 libraires et 2 responsables de caisse. Derrière la partie visible, il y a la zone d’arrivage où nous réceptionnons les livres, livrés de nuit pour la production française et plusieurs tonnes qui arrivent de l’étranger 3 fois par semaine, c’est le rôle de notre magasinier qui est un rouage essentiel. Ensuite à l’étage, il y a les services marketing, rare en librairie, que j’ai créé en arrivant et comptabilité.

 

 En coulisses, quel est le maître mot de l’organisation ? 

Toujours penser au lecteur et ne jamais choisir en fonction de soi mais en fonction de lui.