On y pénètre comme dans un palais ou les maîtres d'hôtel en gandoura crème, le personnel féminin en cafetan aux reflets d'or s'imposent par la douceur de l'accueil. Au service d'exception, font écho la qualité des plats, des briouates d'épinard au méchoui avec une cuisson de trente six heures qui donne à l'agneau une tendresse craquante inouïe. Tajine de dorade royale aux olives mauves, légumes bio, soupe au potiron relevée de cannelle.. Chaque bouchée, chaque saveur, un voyage familier, chaque instant un moment rare, et les tables aux arabesques de métal, comme la porcelaine blanche semblent surgis d'un décor orientaliste, avec une volupté particulière. Au Royal Mansour, chef d'oeuvre architectural aux 53 riads, ayant nécessité la fine fleur des artisans de Marrakech, Fez, Essaouira, la gastronomie est une expérience s'ajoutant à toutes les autres. Sous la houlette de Yannick Alleno, la pastilla est un envol croustillant, le dessert signature aux flocons d'orange en apesanteur, est tout simplement un rêve. Royalmansour.com

rm